Bulletins d'Informations de Pharmacologie
www.bip31.fr Par le Professeur Jean-Louis Montastruc et son service 
     Accueil     
     Alertes de pharmacovigilance     
     Liste des bulletins     
     Recherche par mots clés     
     Contact     
     Conférences     
     Liens     
Activités du service de pharmacologie clinique

 

  Dernière Minute :
- 22/09/2017
Epoétines recombinantes humaines : ARANESP® (darbepoetin alfa), EPREX® (époétine alfa), BINOCRIT® (époétine alfa), NEORECORMON® (époétine bêta ), EPORATIO® (époétine thêta), RETACRIT® (époétine zêta), MIRCERA® (méthoxy polyéthylène glycol-époétine bêta) - Nouvelles mises en garde sur des réactions cutanées sévères

En accord avec l’Agence Européenne des Médicaments (EMA) et l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM), le Centre Midi-Pyrénées de Pharmacovigilance souhaite vous informer du risque de réactions cutanées sévères chez les patients traités par les époétines recombinantes humaines: darbepoetin alfa, époétine alfa, époétine bêta, époétine thêta, époétine zêta, méthoxy polyéthylène glycol-époétine bêta.

· Des réactions cutanées sévères (SCAR) ont été rapportées chez des patients traités par des époétines recombinantes humaines. Parmi ces réactions, des cas de syndrome de Stevens-Johnson (SSJ) et de syndrome de Lyell (SL) (nécrolyse épidermique toxique) ont été rapportés dont certains ont été fatals.
· Les réactions cutanées sévères sont considérées comme un effet de classe de toutes les époétines recombinantes humaines.
· Ces réactions ont été plus sévères avec les époétines recombinantes humaines à longue durée d’action.
· La fréquence de ces réactions cutanées sévères n’a pas pu être déterminée mais leur survenue est très rare.
· A l’instauration du traitement par époétine recombinante humaine, les patients doivent être informés que les signes et symptômes suivants peuvent être évocateurs des réactions cutanées sévères:

      -Eruption cutanée étendue avec rougeurs, bulles au niveau de la peau et de la muqueuse buccale, des yeux, du nez, de la gorge, ou des parties génitales, précédée par des symptômes pseudo-grippaux incluant fièvre, fatigue, douleurs musculaires et articulaires. Cela conduit souvent à une exfoliation et desquamation de la peau atteinte semblable à une brûlure sévère.

· Les patients doivent être informés au préalable de la nécessité de contacter immédiatement leur médecin et d’arrêter le traitement par époétine recombinante humaine s’ils présentent ces signes et symptômes.
· Un traitement par époétine recombinante humaine ne doit jamais être réinstauré chez un patient ayant présenté des réactions cutanées sévères tels qu’un SSJ ou un SL imputables à l’utilisation d’une époétine recombinante humaine.

Nous restons à votre disposition pour toute information sur le médicament au 05-61-25-51-12, mail : pharmacovigilance@chu-toulouse.fr.

Vous trouverez plus d'information sur le site www.bip31.fr et sur le site www.ansm.sante.fr

N'oubliez pas par ailleurs de déclarer au Centre Midi-Pyrénées de PharmacoVigilance, de PharmacoEpidémiologie et d'Information sur le médicament les effets indésirables "graves" ou encore "inattendus" des médicaments. Ceci nous permettra d'améliorer l'efficience de nos prescriptions pour nos malades.

Nous vous rappelons que vous pouvez désormais interroger le Centre Midi-Pyrénées de Pharmacovigilance ou déclarer les effets indésirables médicamenteux sur votre portable en téléchargeant l'application mobile VigiBIP sur AppStore ou Google play. N’hésitez pas : c’est simple et pratique.


 

> Toutes les Alertes de PharmacoVigilance et d'AddictoVigilance

> Retour à l'Accueil

 

 

 

 

 

 

BIP31 - ©2006 - Mug Création - Dernière mise à jour du site : 10/10/2017
Responsable éditorial : Professeur MONTASTRUC, chef du service de pharmacologie du CHU de Toulouse.
Ce site utilise google anlytics pour analyser l'audience du site et améliorer son contenu.
A travers cet outil, le site fait usage de cookies. Pour les refuser/supprimer, vous pouvez configurer votre navigateur.